Rechercher
  • Nathalie Ghysdaal

La déficience dans certaines compétences comportementales à l'origine du burn-out ?

Les compétences comportementales appelée aussi " Soft Skills " dans le monde du travail incluent les compétences psychosociales définies par L'OMS ( Organisation mondiale de la santé).On entend par compétence, la mise en œuvre d'aptitudes et de capacités, de savoir et de savoir-faire dans un contexte donné et pour un résultat escompté.


Quelles sont les compétences comportementales reconnues par l'OMS ?


L'OMS reconnaît dix compétences qui vont par paire :

  • Avoir conscience de soi et avoir de l'empathie

  • Résoudre des problèmes et prendre des décisions

  • Avoir une pensée critique et une pensée créatrice

  • Communiquer efficacement et être habile dans ses relations interpersonnelles

  • Gérer son stress et ses émotions.

Ces compétences ne vont pas de paire par hasard, par exemple, avoir de l'empathie permet d'aller dans la compréhension de l'autre mais il est aussi nécessaire d'être à l'écoute de soi et de ses propres besoins. C'est cela que traduit la conscience de soi.


Le sujet des compétences comportementales est étudié depuis les années 1990, par la recherche en sciences du comportement, et connaît un intérêt croissant depuis 2010 dans le monde de l'entreprise, avec une accélération en 2015 et de nombreuses publications.


Dans les diverses réflexions sur le sujet des " Soft Skills ", trois convictions ressortent. Ces compétences doivent :

  1. Permettre un apprentissage et une adaptation tout au long de la vie : il faut donc développer les compétences de réflexivité (conscience de soi), d'adaptabilité, de créativité et d'efficience dans son organisation.

  2. Connaître ses ressorts et ressources internes pour passer les obstacles et gérer les imprévus : les compétences d'estime de soi, de motivation et de gestion du stress sont apparues nécessaires.

  3. Générer des interactions les plus harmonieuses et constructives possibles : les compétences d'empathie, d'aisance relationnelle et de coopération se sont imposées tout naturellement.


Quel est le lien entre les " Soft Skills " et le burn-out ?


Une définition du burn-out pourrait être " un syndrome d’épuisement professionnel qui combine une fatigue profonde, un désinvestissement dans l'activité professionnelle, et un sentiment d'échec et d'incompétence dans le travail. "


Le syndrome d'épuisement professionnel est considéré comme le résultat d'un stress professionnel chronique (par exemple, lié à une surcharge de travail) : l'individu, ne parvenant pas à faire face aux exigences adaptatives de son environnement professionnel, voit son énergie, sa motivation et son estime de soi décliner.


Au vue de cette définition, on comprend aisément le lien entre les compétences comportementales et le burn-out.


Certaines compétences comportementales plus en cause que d'autres dans le développement du burn-out ?


Petit focus sur l'estime de soi


On le sait, le monde du travail demande une bonne dose d'estime de soi pour pouvoir faire face à des rapports de force. Il faut savoir s'imposer naturellement et savoir dire " Non " quand c'est nécessaire.


Si le burn-out dégrade l'estime de soi, les personnes qui en manquent au départ seront d'autant plus sujettes à le développer.

Il y a souvent un effet de halo. Une personne qui manque d'estime de soi aura une aisance relationnelle limitée et se sentira vite dépassée face à des changements car elle aura peur de ne pas être à la hauteur...


Le burn-out fait régulièrement apparaitre ce type de déficience comportementale dans les entretiens individuels. Il y a donc lieu de mettre en place un accompagnement afin d'y palier.


L'idéal étant de travailler sur son estime de soi avant que les problèmes ne surviennent...






Second Life Today est un cabinet spécialisé dans l'accompagnement des personnes et des organisations en période de transition. Pour nous contacter, veuillez cliquer ici




101 vues0 commentaire